Un blog pour apprendre et comprendre le monde contemporain

Outils du blog : Recherche thématique : histoire et géographie/Dossiers histoire et géographie/Fonds de carte/Croquis de géographie

Recevoir la Newsletter/Télécharger les podcasts

Pour aller plus loin avec des livres, de la musique, des BD, des mangas, des films, de la peinture, rendez-vous sur Samarra/ Le programme en musique sur l'Histgeobox /

14 novembre 2009

La Potsdamer Platz à Berlin : symbole des transformations de la ville

[Berlin-Potsdamer Platz, vers 1930]

Le premier feu de circulation aurait été installé à Londres dès 1868. Il s'agissait d'une lanterne à gaz pivotante rouge et verte manœuvrée par un agent, d'ailleurs blessé l'année suivante en la manipulant... Berlin est ensuite l'une des premières métropoles européennes à tenter de réguler la circulation des véhicules. Ainsi, une Verkehrsturm est installée sur la Potsdamer Platz en 1925. Elle s'inspire de modèles utilisés aux États-Unis. Elle compte cinq côtés puisque la place compte cinq accès. Berlin est alors une ville en plein essor, qui a connu, depuis le XIXème siècle, une croissance exceptionnelle. Elle comptait en effet seulement 419 000 habitants en 1850, mais 1, 9 millions en 1910 et plus de 4,2 millions à la veille de la Seconde Guerre mondiale. L'ancienne capitale de la Prusse, fondée au Moyen Age, a connu une première croissance suite à l'arrivée de nombreux protestants français quittant leur pays après la révocation de l'Edit de Nantes en 1685. A la fin du XVIIème siècle, les "Huguenots" comptent ainsi pour un quart de la population de la ville (comme en témoigne le Französicher Dom édifié en 1705). Devenue capitale du Reich Allemand à partir de 1871, la ville voit sa population augmenter proportionnellement à ses fonctions politiques et culturelles.

Revenons à la Potsdamer Platz, pendant la Seconde Guerre mondiale, la place, comme l'essentiel de la ville, est détruite. Après la guerre, Berlin est coupée en deux. La limite entre les zones britanniques et soviétiques coupe également la place en deux. A partir d'août 1961, le mur traverse la place comme le montre cette image que j'ai réalisée en utilisant google maps (la trame urbaine est donc celle de 2009).



Voici deux photos prises depuis le secteur britannique à l'Ouest vers le secteur soviétique à l'Est. La première montre le début de la Stresemann Strasse en 1966 et la deuxième la Leipziger Strasse et la Leipziger Platz en 1970. La Potsdamer Platz est donc désormais un cul-de-sac des deux côtés.



Avec la chute du Mur en 1989 puis la réunification en 1990, Berlin et la Potsdamer Platz tentent de recoudre le tissu urbain. Vingt ans après, cette tâche n'est toujours pas achevée comme en témoignent sur l'image satellite les nombreux terrains encore en friche à l'est de la place.

Pourtant, la Potsdamer Platz symbolyse aujourd'hui le renouveau de Berlin, redevenue la capitale politique de l'Allemagne et qui aspire à en devenir la capitale économique. De nombreux bâtiments, conçus par des architectes prestigieux, y ont été construits (Renzo Piano, Richard Rogers) par des firmes allemandes comme Daimler ou DB (la Deutsche Bahn) et étrangères (Sony Center, A&T).



[Un fragment du mur à l'ombre des gratte-ciels de la place, avril 2009]

Et, comme pour tirer un trait d'union avec l'agitation de la place au début du XXème siècle, une réplique de la Verkhersturm a été installée au centre....

[La Potsdamer Platz en 2009]

Pour terminer sur les feux, évoquons les feux pour piétons de Berlin... A l'époque de la RDA, le "petit bonhomme" vert ou rouge n'avait pas la même silhouette qu'à l'ouest. Lors de la réunification, la plupart des Ampelmänner ont été remplacés par ceux de l'Ouest. Mais certains à l'est ont regretté la disparition de cet homme pressé avec son chapeau. Ampelman est donc devenu un des symboles de cet "Ostalgie" pour l'univers disparu de la RDA. Depuis, Ampelmann a refait son apparition, y compris à l'Ouest de la ville où il n'avait jamais mis les pieds... Et plusieurs boutiques proposent des produits dérivés utilisant sa silhouette [Pour en savoir plus sur l'Ostalgie, consultez ce message]

[Boutique Amplemann sur la Karl-Liebknecht Str.]

[Toutes les photographies : E. et B. Augris, avril 2009; D.R.]

4 commentaires:

Karkaf a dit…

C’est effectivement un symbole, mais pas forcément l’endroit le plus agréable de Berlin : c’est plein de courants d’air et entièrement dévolu au commerce… quel contraste avec le Tiergarten tout proche !

Sur le site internet de la ville de Berlin, il y a d’intéressantes cartes (à la page http://www.berlin.de/mauer/wo-war-die-mauer/index.de.html), dont une représente le parcours du mur sur fond de photos aériennes de 1989 («Luftbild 1989»). La photo est un peu surexposée, mais on y reconnaît la Philharmonie toute proche, et on peut mesurer tout ce qui a été construit en 20 ans dans le quartier… impressionnant.

amnesix a dit…

Je connais Berlin depuis 1982, et j'y vis depuis 2005.

Potsdamer Platz est l'endroit où je ne vais jamais. C'est une sorte de centre commercial géant, sans la moindre trace d'âme.

C'est moche.

Il y a là des centaines d'appartements "de luxe" ... vides.

Moi je l'appelle Potsdamer Trash.

jobic a dit…

Entièrement d'accord avec amnesix... Cette place est véritablement emblématique du triomphe de la marchandise.
Heureusement que les Berlinois résistent dans les interstices.

M.AUGRIS a dit…

Merci pour vos éclairages sur la vie (ou plutôt l'absence de vie...) de cette place.
Il est vrai que Berlin compte beaucoup d'autres lieux plus plaisants.
Espérons donc que ce ne soit pas une préfiguration du Berlin du futur !
E.A.

Mes vidéos